Une seule question au centre-droit

Publié le 15 Septembre 2007


La campagne électorale dans le canton de Neuchâtel est particulière. Comme dans six autres cantons, la droite radicale-libérale est apparentée à l'UDC. A l'intérieur même de ces deux partis historiquement républicains et d'une partie de leur électorat, c'est une crise de conscience : perdre son âme ou ne pas regagner des sièges.

Trois éléments marquent les récentes positions de l'Union "démocratique" du "centre" dont on se demande encore pourquoi elle s'appelle ainsi :
1. Le culte du chef, du "guide" politique et spirituel.
2. La remise en question, par ce guide même, de la valeur de l'Etat de droit.
3. Les récurrentes mises en exclusion, comme boucs émissaires, de certains groupes sociaux habitant notre pays (musulmans, étrangers pénalement condamnés).

Ce sont là, selon moi, des dérives à relents fascisants qui ne nécessitent, à ce moment de la campagne, qu'une question à poser aux candidats radicaux et libéraux neuchâtelois : si vous êtes élu le 21 octobre, voterez-vous à Berne le 12 décembre pour Blocher ?

Là se trace aujourd'hui la vraie frontière dans notre démocratie suisse, entre les républicains et les populistes.


Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Réflexions générales

Repost 0
Commenter cet article