Interpellation sur le Centre dramatique régional

Publié le 26 Septembre 2007

J'ai interpellé hier soir le Conseil communal sur la situation du Centre dramatique régional qui devrait être installé à La Chaux-de-Fonds, soutenu par l'Etat. Voici mon texte.

Informations sur l’échec (définitif ?) d’un Centre dramatique régional

Depuis 2005, sous l’impulsion notamment du DECS, un travail important impliquant de larges consultations avait été entrepris dans le but de créer dans le Canton de Neuchâtel un pôle d’excellence en matière de création théâtrale institutionnelle. Le projet s’inscrivait parfaitement dans le concept de Réseau urbain neuchâtelois et dans la politique régionale de complémentarité souhaitée par le Conseil d’Etat. Il s’agissait de regrouper les forces (TPR et Compagnie de Passage) pour être plus performant non seulement au sein du Canton, mais aussi dans toute la Suisse romande et au-delà. Le centre névralgique choisi était Beau-Site à La Chaux-de-Fonds, mais les lieux de création aurainet alterné entre Le Passage et L’Heure Bleue. La commission culturelle de notre ville a très régulièrement été tenue au courant de l’avancement du dossier .

Tous les éléments étaient réunis pour que le Centre dramatique régional voie le jour à court terme : le dossier était prêt, la structure juridique d’Arc en scènes pouvait accueillir la nouvelle institution, le directeur du TPR prenait sa retraite et le directeur du Passage, Robert Bouvier, aurait pu assumer cette direction sans mise au concours, selon le vœu des partenaires du Bas du canton.

Or, lors de sa dernière séance, fin août, la commission culturelle de notre ville a été informée de l’échec de ce projet. Plus encore, une interpellation sur le sujet au Grand Conseil a fait l’objet d’un article de fond dans le journal local, avec des interventions contradictoires, notamment, de Jean-Pierre Veya et de sa collègue de la Ville de Neuchâtel en charge des Affaires culturelles.


Le dossier est suffisamment important dans la thématique actuelle du rééquilibrage Haut-Bas voulu par tous les partis de nos deux villes du Haut pour que se justifie une réponse publique et immédiate du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds aux trois questions suivantes, réponses d’ailleurs données en partie à la commission culturelle :
- Quelles sont les causes, selon lui, de l’échec de ce projet ?
- Est-il envisageable, malgré tout, qu’à court ou moyen terme ce centre voie le jour plutôt que d’entrer dans une concurrence entre les deux compagnies ?
- Qu’a fait ou que va faire le Conseil communal pour que le Conseil d’Etat garde intact sa volonté de créer un pôle d’excellence unique en matière de création théâtrale et qu’il conçoive toujours ce pôle d’excellence dans les Montagnes neuchâteloises ?



Mon interpellation a été développée ainsi : 


Comme le dit le texte que j’ai écrit et que nous avons signé également, je veux peut-être rapidement préciser que ces enjeux de rééquilibrage sont très importants. Il y a les dossiers très,très fondamentaux : la maternité, la Haute Ecole Arc, et le Centre dramatique régional, projet qui a été mis sur pied depuis deux ans, qui est un projet aussi important dans le cadre du concept de Réseau Urbain Neuchâtelois. Là, tout était fait pour qu’il y ait un partenariat entre la Ville de Neuchâtel et la Ville de La Chaux-de-Fonds, par l’intermédiaire des deux théâtres et du Canton, qui puisse aboutir à quelque chose qui regroupait véritablement les forces. En effet, on peut se demander si une concurrence entre deux compagnies est véritablement légitime dans ce canton.  Donc tout était fait pour que les choses aboutissent. Lors d’une séance de la commission culturelle, qui je tiens à le préciser a été régulièrement et complètement informée par le Conseil communal de l’évolution du dossier, un des points de l’ordre du jour de cette dernière commission du mois d’août était « échec du projet du Centre dramatique régional ». Donc nous avons ensuite interpellé le Conseil d’Etat par l’intermédiaire d’un député de notre propre parti. A la suite de cela, un article d’une page dans le journal local a montré des interventions contradictoires de la part des deux responsables des affaires culturelles. Ce qui nécessite selon nous des réponses publiques, sans du tout polémiquer, mais dans un esprit constructif. Cet esprit constructif est donné par le mot « définitif ? », parce que nous avons l’espoir que cet échec n’est que provisoire. Autrement dit, qu’il faut quand même qu’on puisse construire quelque chose de positif.
Donc les trois questions que nous poserons, c’est une explication du Conseil communal sur son analyse de l’échec, espérons-le temporaire, de ce projet. C’est les perspectives à court ou moyen terme de voir la création de ce Centre dramatique régional. Et c’est les actions que le Conseil communal a menées pour que le Conseil d’Etat garde l’idée de maintenir ce pôle d’excellence dans les Montagnes neuchâteloises. Et question annexe, que pense le Conseil communal de la nomination prochaine d’un directeur du TPR et de l’Heure bleue, autrement dit, est-ce que la succession de Gino Zampieri doit être agendée très, très vite, ou faut-il attendre encore un petit moment pour qu’éventuellement tout se remette en train avec une meilleure collaboration avec le Théâtre du Passage ?  Je remercie d’avance le Conseil communal de ses informations qui, lorsqu’elles seront données, pourront être considérées comme étant publiques, à nous élus de cette ville.

Dans sa réponse encourageante, Jean-Pierre Veya a annoncé que le projet, sérieusement compromis fin août, connaît un rebondissement positif. Le Centre dramatique régional devrait être créé au TPR. Le Théâtre du Passage se déterminera pour rejoindre, à plus ou moins court terme, la structure. Ainsi, nous avons la confirmation que l'Etat veut "implanter à La Chaux-de-Fonds une structure de création institutionnelle".
 

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article