200'000 francs pour un second tour

Publié le 24 Octobre 2007

"L'aveuglement socialiste coûtera 200'000 francs à la collectivité", dit Yvan Perrin, du Schweizer Volskpartei dans Le Temps d'hier.

Cet argument est  en tous points irrecevable puisqu'il est en double contradiction avec tout ce que défend d'habitude ce parti, partisan invétéré de la démocratie directe.

a)  C'est le peuple qui, en dernier ressort, doit avoir la décision entre les mains dans les affaires politiques suisses, plutôt que les états majors politiques. L'élection des parlementaires fédéraux est le plus grand rendez-vous politique suisse et il y a parfaite légitimité à ce qu'un candidat qui a objectivement et mathématiquement des chances d'être réélu se représente au second tour.

b) Avec ce raisonnement, que d'argent public alors gaspillé par des initiatives et referendums aveugles dont ce parti a la spécialité. Ce sont des dizaines de millions de frais annuels que les collectivités publiques suisses dépensent pour faire fonctionner la démocratie directe.

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Réflexions générales

Repost 0
Commenter cet article