Direction de l'ABC et du TPR : les dernières informations

Publié le 22 Décembre 2007

A la suite de la postulation de Robert Sandoz à la direction du TPR, une période d’incertitudes a caractérisé l’automne à l’ABC et à la Fondation Arcs-en-Scènes.

Sandoz a démissionné de l’ABC car il ne pouvait plus assumer sa charge avec sérénité. Le Centre de culture a nommé hier Yvan Cuche comme directeur des arts de la scène. Agé de 45 ans, Yvan Cuche est actuellement responsable des CMC (Association des Concerts de musique contemporaine) et collabore depuis longtemps avec l’ABC, notamment pour l’organisation du Festival Les Amplitudes. Physicien de formation, détenteur d’un certificat en gestion culturelle, c’est un fin connaisseur de la scène théâtrale suisse et internationale. C’est une personnalité de valeur, fiable, rigoureux dans ses choix artistiques, au bénéfice d’un excellent réseau dans le monde culturel neuchâtelois et romand.

                                                                    Yvan-Cuche.jpg

Quant à la fondation Arcs-en-Scènes, c’est dans un secret très relatif qu’elle fonctionne. En effet, on sait avec certitude qu’elle est sur la piste d’une pointure incontestable pour la direction du TPR. Cette personnalité, extraordinaire semble-t-il, n’a pas encore donné son accord et la conclusion du contrat serait pour bientôt. On ne connaît pas son nom mais on sait que si elle n’est pas nommée d’autres candidatures de valeur sont possibles. L’essentiel est que sous l’impulsion de ce nouveau directeur, le Centre dramatique régional puisse voir le jour avec une politique culturelle ciblée et originale soutenue par le Canton.

Deux écueils importants me semblent à éviter :
-   vouloir faire une politique théâtrale de prestige en concurrence avec l’arc lémanique
-    oublier la sensibilisation des publics comme pilier central de cette politique.

Je suis le dossier avec attention car la Commune de La Chaux-de-Fonds donne 1,3 million par an subvention par an à la Fondation Arcs-en-Scènes et il faudra bien, dans la prochaine législature, qu’un contrat de prestations soit discuté entre notre collectivité et Arcs-en-Scènes. On sait en effet les difficultés qu’a à se mettre en place, par exemple, le lien entre nos écoles obligatoires et l’Heure bleue. On sera aussi attentif à la répartition des subventions culturelles où la Fondation Arcs-en-Scènes se taille la part du lion alors que les autres (ABC, Bikini, Festival de la Plage) paient des salaires de misère à leurs animateurs. Rappelons pour terminer cette phrase significative de Gino Zampieri en août 2006 dans l'Impartial : «L'an dernier, la fréquentation a dépassé les prévisions pour la quasi-totalité des spectacles. Le public vient, et tant que nous aurons les subventions nécessaires, il n'y a pas de raison de modifier la programmation».

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article