Novicov et Schori au TPR : enthousiasme et interrogations

Publié le 8 Février 2008

Accueil enthousiaste de la presse locale et romande pour la nomination au TPR d’Andrea Novicov, assisté de Francy Schori. J’éprouve aussi la satisfaction de voir enfin close la procédure longue et parfois tortueuse de ce choix. Je salue ces nominations qui valent aussi et surtout par la présence de Francy Schori que je connais depuis tellement longtemps car j’ai suivi, comme membre du comité, toute sa période de direction à l’ABC. Restent quelques interrogations sur Novicov.

« Spectacles ébouriffants », « ligne du risque artistique », « créateur ambitieux », « agitateur de formes », « soif d’investigation théâtrale », « réseaux de diffusion », « nomination sans doute idéale », rarement arrivée dans notre ville d’une nouvelle personnalité avait été accueillie avec autant de dithyrambes par la presse. Il restera à ce « nomade » qu’on « ne doit pas prendre par la main » à nous convaincre avec Schori que notre TPR, après la transition Gino Zampieri, continuera de rayonner sur la scène romande et internationale et arrivera à sensibiliser de manière approfondie tous les publics d’ici. Novicov, Schori et Kinzer, le directeur administratif, auront notre soutien tant ils semblent former en effet une magnifique équipe sur le papier, l'alliance du risque et de la rigueur.

Cependant deux grandes interrogations subsistent : la capacité d’adaptation de notre nomade à La Chaux-de-Fonds et l’obligation de travailler dans une équipe qui n’est pas celle d’une compagnie mais d’une « structure » avec différents partenaires : la fondation, les autorités, le personnel technique et administratif, les autres acteurs culturels de la région. La Chaux-de-Fonds n’a pas d’hôtel de première classe ni de restaurants gastronomiques et il faut savoir que Novicov « n’avait même pas postulé » comme il le dit lui-même. Sa bienheureuse arrivée chez nous est le résultat d’un démarchage de la fondation vers lui et non de son désir premier à lui pour nous.


novicov020.jpg

Novikov schori
Interview Espace 2 14.02.08

 
Je sais que d’autres candidats extérieurs avaient postulé, en particulier avec le désir très fort de venir vivre et travailler chez nous, dans une ville où ils avaient vécu une année lors de leur histoire théâtrale. La Chaux-de-Fonds est une amante exigeante qui veut qu’on l’aime. Mais quand on se donne à celle, quelle joie pour ceux qui s’y établissent et s’y intégrent.

En conclusion, voici la cinquième nomination culturelle externe en moins d’une année après Arnaud Maeder de Grenoble au Musée d’histoire naturelle, Lada Umstätter de Genève au Musée des beaux-arts, Francine Evéquoz du Valais et de Zurich à la tête des institutions muséales, Marie-Thérèse Bonadonna de Genève au Club 44. C’est cela, notre ville, faire de l’ailleurs un ici !

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article