Le Locle s'élève et nous élève

Publié le 5 Octobre 2008

Mes rapports avec Le Locle sont plus étroits que certains pensent. Je suis originaire d’un village du district,  dans la maison de commune duquel je me suis marié : La Chaux-de-Milieu. Mon maître spirituel, Francis Jeanneret-Gris, était loclois.

Hier soir, devant 150 personnes, a eu lieu au Musée des beaux-arts de notre ville amie et alliée le vernissage d’une très belle exposition de gravures anciennes du Musée Jenisch de Vevey. La Mère commune s’élève comme référence culturelle et nous élève l’esprit, à nous chaux-de-fonniers englués dans le petschi avec nos conseillers communaux engourdis par les monstres de la raison endormie.

Bravo Le Locle, qui nous fait chaud au cœur par sa dignité, son engagement et son refus des basses compromissions.



Le conservateur du musée Jenisch, M. Dominique Radrizzani, a évoqué en termes très engagés le fameux rapport RIMUS. Stéphanie Guex, la conservatrice du Musée loclois a aussi pris une magnifique position de soutien à l’égard de ses collègues chaux-de-fonniers, confirmée par son chef de dicastère, le popiste Marcelo Droguett, qui parle encore avec un fort accent chilien dans l'extrait à écouter plus bas.

Comme je l’avais souligné en 2005 dans un Conseil général commun, l’histoire du rapport entre nos deux villes est complexe et paradoxal. Il est fait d’une asymétrie historique où la Mère commune s’est progressivement sentie dépasser par sa fille, une fille bien développée au point d’avoir eu tendance à nier sa mère. Notre rôle de politiciens n’est pas d’entreprendre une psychanalyse collective mais d’être conscients de ces mouvements de fond dans nos populations et d’être les premiers à montrer l’exemple pour les dépasser et relativiser leur pouvoir de freinage. Nous devons être les moteurs de l’évolution des mentalités.

En tous cas, cette semaine les Loclois nous donnent, dans le meilleur sens du terme, une leçon culturelle, politique et amicale. Merci pour la belle route que nous finirons par construire ensemble.

Vous pouvez écouter des extraits des discours de ce vernissage qui m’a très ému, qui m'a réconforté comme une mère (commune) le peut avec un enfant blessé.



Vous pouvez aussi
écouter l'interview de Claudine Stähli à RSR 1 hier matin.


Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article