Cortège des promotions et UBS Arena

Publié le 30 Juin 2007

Tradition oblige, j’ai participé avec cette fois peu de conseillers généraux (18 sur 41, et seulement 8 de gauche !) au cortège des promotions. Défiler devant des milliers de personnes est un exercice peut-être un peu artificiel mais qui crée, mine de rien, un lien entre les élus et la population. Les conversations entre nous tournaient autour du vote de mardi prochain au Conseil général sur les 100'000 francs que la ville investira ou non pour recevoir l’UBS Arena sur le parking de Polyexpo pendant l’Euro 2008. Je suis personnellement favorable, comme la plupart des élus socialistes, à cet investissement et j’explique ici pourquoi.

Tout le monde est d’accord sur un point au moins : il faut donner l’occasion au public de la région d’assister dans de bonnes conditions aux matches entre le 7 et le 29 juin.
 
Voici les dates :
SA 7-SA 14 : 2 matches par jour, à 18 h. 00 et 20 h. 45
DI 15-DI 22 : 1 match par jour à 20 h. 45
ME 25, JE 26 et DI 29 : 1 match par jour à 20 h. 45

La ville de La Chaux-de-Fonds a posé sa candidature parmi 60 villes ; préselectionnée parmi 30 autres, elle a été retenue ainsi que quatre autres villes romandes : Nyon, Lausanne, Sion et Bienne. Le projet de Neuchâtel a été refusé car cela coûtait trop cher au bord du lac.

Le concept est présenté ainsi par UBS : Les 17 villes qui accueilleront une UBS ARENA durant l'UEFA EURO 2008 sont connues. Dans toutes les régions de Suisse, chaque arène formera une partie du 5e stade helvétique. Elles seront le point de ralliement des familles, des touristes et de tous les fans de foot qui auront l'occasion de vivre en direct tous les matches sur écran géant de 30 à 45 mètres carrés dans une ambiance du tonnerre (sic) !



Les frais incombant à notre ville avoisinent les 100'000 francs (renforcement des effectifs de police pour la sécurité extérieure et la circulation autour, travaux publics – barrières, WC, déchets – , électricité). C’est peu par rapport au 1,2 million investi par UBS pour ce stade de 4000 places.

Tout est donc fait pour mettre en évidence notre ville qui sera ainsi fortement médiatisée.

Cependant ce choix exclut que des privés puissent, sur l’espace public de notre ville, installer d’autres écrans géants : c’est la condition posée par UBS, comme Nestlé a le monopole de la vente de lait en poudre dans certains pays d'Afrique. Alors, certains partis (POP et UDC) semblent penser que l’on pourrait renoncer à l’UBS Arena et laisser « les petits commerçants » se débrouiller seuls, quitte même à ce qu’ils soient aidés financièrement par la ville.

Les nombreux arguments suivants me font pencher pour un autre point de vue :

- refuser un tel sponsoring, même d’un banque multinationale et monopolitisque, nous rendrait ridicules dans toute la Suisse après notre candidature ; le syndrome du trou, c’est très peu pour moi ;
- l’événement 2008 n’aura lieu qu’une fois et en 2010, 2012, 2014 on pourra toujours par exemple revenir à la place du Marché nouvellement équipée, avec une infrastructure plus modeste ;
- les clubs sportifs recherchant un éventuel sponsoring futur de l’UBS dans la région seront renvoyés à leur trou perdu et éconduits ;
- de tels écrans ont eu en Allemagne l’an passé un succès phénoménal : l’Euro 2008 sera, que CdF le veuille ou non, un événement mondial auquel personne n’échappera : la ville rouge n’a pas à avoir toujours les mains blanches ;
- aucun projet alternatif crédible n’a été proposé aux autorités par des commerçants : M. Perrino, du Twenty-One, qui possède une tente et un écran aurait pu faire le forcing et proposer par écrit avec d’autres collègues un autre concept ; refuser l’Arena, c’est courir le risque que rien ne se fasse à CdF ;
- l'accès aux 2000 places debout est gratuit et contrairement l'an passé à la tente d'Espacité, on n'aura pas besoin de réserver sa placer avec l'obligation de consommer;
- les restaurants et cafés de quartier qui ont une terrasse (ex : le Bâlois, les Endroits, le bar à bières de l'Hôtel-de-Ville) ont parfaitement le droit d’installer un écran TV de moins de 3 mètres de diagonale et ainsi offrir aux amateurs de plus d’intimité une alternative.

Voilà l’état de la situation ; le PS n’est pas encore unanime à voter pour et doit se revoir mardi à 18 h. 30, le POP a une séance lundi, certains UDC opposés au départ se tâtent encore, les libéraux-radicaux, eux, n’ont aucun état d’âme et un ou deux verts voteront pour. C’est donc bien parti pour une soirée qui ne doit pas, pour des questions purement idéologiques véhiculées par les deux bords politiques extrêmes, déboucher sur un nouveau psychodrame chauxo-chaux-de-fonnier.

Je parie aujourd'hui samedi 22 h. 00 sur un vote positif tout en comprenant la crainte de certains de voir disparaître un certaine convivialité bon enfant.

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Réflexions générales

Repost 0
Commenter cet article

Théo Bregnard 01/07/2007 23:03

Wait and see... On verra si ton pronostic s'avérera exact ! N'ayant point défilé, j'ai de la peine à suivre certains de tes arguments... S'il est évident que l'UBS Arena apportera un plus médiatique pour la ville, son absence ne signifie pas pour autant que la Chaud-de-Fonds se renferme sur elle-même, ni qu'elle est ridicule ou qu'elle subit le fameux "sydrôme du trou" (les connaisseurs de ton blog connaissent bien ta hantise de ce sydrôme!)!
On peut aussi voir les arguments opposés... Espace VIP, places payantes, monopole de la Coop sur les ventes, éloignement du centre ville, nombreux trajets en voiture vers Polyexpo, CHF 100'000.- pour un événement privé (qui générera passablement de bénéfices atténuant le geste philanthopique de l'UBS)...

Sans être borné, on peut penser, qu'en effet, cet argent ferait mieux d'être mis à disposition des associations de la ville pour organiser leur propre Euro...

Finalement, l'UBS ne soutient que peu (pour ne pas dire aucunement) les collectivités publiques (donc pas de problème de ce côté) et pour les groupes privés de la région qui s'adresseraient à l'ubs, je ne pense pas que le refus aurait des conséquences sur ces derniers...

Donc, s'il y a des points positifs justifiant l'acceptation du projet, il y a aussi des point plus sombres à ne pas négliger... On verra mardi lesquels l'emporteront!