Des élus rendent le livre qu'on leur avait donné

Publié le 3 Juin 2013

Il s'est passé ce soir au Conseil général un événement choquant par la symbolique et l'exagération puérile qu'il véhicule. Des élus ont rendu au Conseil communal un livre qu'ils avaient reçu.


 

Mes-images-depuis-oct-2010-0307.jpg

Les six livres "Le Corbusier et la photographie" laissés sur le bureau du Conseil général par des Verts de colère contre leur impression en Chine : une attitude politique choquante qui fait fi de l'énorme qualité du contenu de ce livre !

 



Le catalogue de l'exposition "Le Corbusier et la photographie" a été publié par un des grands éditeurs d'art en la matière, Thames and Hudson. Cette publication prestigieuse a été offerte aux élus en automne dernier lors de sa parution, en hommage notamment au soutien que le Conseil général a manifesté en votant un crédit de 500'000 francs pour l'organisation de cette exposition qui a accueilli plus de 10'000 visiteurs.

 

Ce soir, lors de la discussion sur le bilan de cette manifestation, la représentante des Verts a déploré, ce que l'on peut comprendre, que ce livre ait été imprimé en Chine.

 

P1180162.JPG   P1180163


 


 

Ce qui est par contre incompréhensible et choquant, c'est la manière qu'ont eue les Verts d'exprimer physiquement leur colère.



Au lieu d'en rester au discours politique, ils se sont presque tous levés avec ce livre à la main et sont allés le déposer sur le bureau du Conseil communal, à la stupéfaction générale, et sans même attendre la réponse du Conseiller communal Jean-Pierre Veya. Acte en fait imprégné de violence.



C'est assurément un coup politique, où l'hémicycle n'est plus seulement le lieu de la parole et du débat mais aussi celui de l'action, des gestes et des mouvements, des petits "buzz" pour faire mousser et parler de soi : petite conception du débat politique.



Il faut respecter cela, me dit-on, au nom de la liberté. Mais faut-il toujours tolérer ce qui est peu tolérable ? En l'occurrence, faire de la salle de l'Hôtel de Ville une arène de cirque avec des gamineries aux relents nauséabonds ?



C'est en effet une action choquante, je l'ai dit publiquement, que de voir des collègues démocrates estimés mettre au pilori un livre qui leur avait été donné, comme s'il était devenu contagieux dans leur bibliothèque. 

 

 


 

Voic le compte-rendu de la séance par Miriam Wittwer de RTN

 

001-copie-1.jpg

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article

Daniel Musy 05/06/2013 12:53

Chers amiEs vertEs,

La “violence” de votre action collective concertée était :

- de ne pas en être resté à l'expression de vos idées par la parole mais d'y avoir ajouté une mise en scène dans l'enceinte d'un parlement démocratique;

- de ne pas en avoir averti la Présidente pour savoir cette action était compatible avec l'article 52 de règlement général (s'écarter de l'objet de la discussion ou manquer au respect dû à
l'assemblée) ;

- de l'avoir imposée au Conseil communal avant même qu'il vous ait répondu sur la question que vous aviez soulevée;

- de vous être, notamment devant leurs conceptrices présentes dans la salle (la cheffe de projet et la conservatrice du MBA), débarrassé les uns après les autres d'un livre qui est une référence
culturelle majeure, intellectuellement originaire de chez nous, et qui vous avait été offert en hommage à votre qualité d'éluEs.

Touati 04/06/2013 12:39

C'est votre article qui est violent, comme si les élus verts avaient procédé à un autodafé!
Intolérable, pilori, nauséabond... surveillez votre language!
Ils n'avaient pas choisi de recevoir ce livre et leur manifestation symbolique est parfaitement démocratique et pacifique.
Vraiment je ne vois pas le problème.

Julien 04/06/2013 11:19

On avait déjà compris lors de la répartition des dicastères que le PS n'en avait rien à cirer de l'écologie, voilà qui le confirme.

Si au moins il défendait encore les ouvriers, on pourrait lui trouver une légitimité...

Le PSN est définitivement le parti des holdings et de la mondialisation! A quand un apparentement avec le PLR?

Antoine Chollet 03/06/2013 23:37

Cela me rappelle l'USS, qui avait oublié de vérifier où était imprimé son livre anniversaire des 125 ans, "La Valeur du travail" (éd. Antipodes). Or il se trouvait que l'éditeur l'avait fait
imprimer en Italie… A la décharge de Textuel, dans le cas du livre de l'expo, il faut tout de même remarquer que l'impression de livres d'art de qualité correcte est à peu près impossible en Suisse
(même Skira doit imprimer en Italie, j'imagine).

Daniel Musy 04/06/2013 00:33



Je reste très choqué de l'attitude de mes amiEs vertEs. Incompréhensible....