Gare à la place

Publié le 23 Mai 2011

Le beau projet urbanistique de la place de la Gare est suspendu à deux referendums potentiels : celui du PLR et celui de l’UDC. C’est la capacité de convaincre de Laurent Kurth, de son service de l’urbanisme et des responsables de la communication de la ville qui va être mise à l’épreuve ces prochains mois.

 

garechxweb

 

Le 27 avril au Conseil général, il s’en est fallu d’un cheveu que le crédit d’étude pour le projet de refonte de la place de la Gare soit combattu par le PLR. Ce parti veut absolument, et il n’a pas tort, que la nouvelle urbanisation de la place soit liée à la construction d’un nouveau parking au sud. Il a été suivi lors du vote de l'étude et il lancera un referendum si rien n’est prévu dans l'investissement final prévu à la fin de l'année. Quant à l’UDC, elle a fourbi les mêmes armes que pour la rénovation du Musée d’histoire : s’opposer au crédit d’étude, trop cher et inutile, car la place de la Gare va bien comme elle est ! Ce parti veut contrer, dit-il, une « politique agressive des investissements » et considère que la nouvelle place de la Gare est un projet « soi-disant imposé par la Confédération ».

 

On aurait pu mieux faire et on devra bien faire.

 

En effet, on aurait pu imaginer que deux projets gagnant soient retenus et soumis à l’examen de la population. Au contraire, on n’en récompensé qu’un seul en s’y liant la main puisque gagner le concours, c’est être assuré de réaliser la place, tel le prévoyait le règlement ! Pourquoi, d’autre part, ne pas avoir intégré dans le jury des non spécialistes, élus ou membres d’associations, comme cela se pratique dans des municipalités françaises ?

 

Bien faire dès aujourd’hui, c’est arriver à ce que les citoyens s’approprient ce projet. Un important effort d’information et de consultation, une attention soutenue à proposer de nouvelles places de parking au sud, des améliorations qui rendront la place vivable pour les usagers en hiver, telles sont les clés de l’éventuel succès d’un projet qui sera l’un des enjeux de la fin de la législature et de la campagne électorale de 2012.

 


Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Urbanisme et environnement

Repost 0
Commenter cet article