La désinformation tendancieuse de L'Hebdo

Publié le 26 Février 2012

Cette semaine, le journal L'Hebdo fait grossièrement sa une en mettant au pilori Gisèle Ory. En fait, concentrer tous les soins aigus à Pourtalès coûterait 150 millions de plus que le projet du gouvernement !

 

 

                                   vermn 

 

 

Sur ce blog, tout a déjà été dit sur la Ligue du Sud, ces politiciens, journalistes et citoyens du Bas du canton qui veulent brader l'unité de la République, ces agglocentristes pour lesquels la ville du chef-lieu ne peut être que l'unique centre d'une future agglomération. Ajoutons cette semaine que 4 députés du PLR (le parti du Lac et des Rives indifférent au sort des Montagnes) ont refusé le plan du gouvernement en commission.

 

Je reconnais bien volontiers que les anathèmes, les petites phrases, les mesquineries et les bons mots ne porteront pas plus que le vent qu'ils soulèvent. Il faut inlassablement essayer d'argumenter avec des chiffres objectifs.

 

Ainsi, le projet du gouvernement d'installer à La Chaux-de-Fonds un pôle chirurgical stationnaire (viscérale, thoracique et vasculaire) est un investissement moins coûteux que la construction à court terme d’un site de soins aigus à Pourtalès.

 

Selon le rapport du Directeur logistique d’HNe, les coûts de l'adaptation du site de CdF à ses nouvelles missions sont de 28 millions (Mo) : 18 Mo pour la mise à niveau des locaux (hall, chambres) et 10 Mo pour la réfection des blocs opératoires (nécessaires si le plan du Conseil d'Etat est appliqué).


Ces travaux sont de toutes façons indispensables même si l’hôpital de CdF devient un home comme le voudrait le Conseil d’administration de HNe, y compris la rénovation des salles d’opérations pendant la période transitoire où on agrandirait Pourtalès.

 

Cet agrandissement (nouvelles constructions à Pourtalès pour un site unique de soins aigus) obligerait à transférer de CdF à NE 111 lits de soins aigus, existant déjà à CdF.

 

Or, selon moyenne européenne, la « construction d’un lit » coûte 1 million d'euros, y compris les structures techniques qu’il implique. Donc 111 lits x 1,2  = 133 Mo de francs suisses.


Il s’agirait dans le cas de Pourtalès non d’une construction nouvelle mais d’une adaptation à un site existant.  Il faudrait « détruire et construire » pour déplacer et faire la place aux nouveaux éléments nécessaires à l’agrandissement (urgences, soins intensifs, parkings, bureaux, radiologie, stérilisation, etc..) ; cela implique un surplus de coût évalué à 10-15% par rapport à une construction.


Au minimum donc 145 millions sur un site difficile d’accès par la route encombrée (une sortie autoroutière à la Maladière coûterait 100 millions !) et à l'étroit urbanistiquerment. Avec en plus la suppression de toutes les unités gériatriques à Landeyeux, Val-de-Travers, La Béroche et Le Locle !

 

Ce seraient les conséquences inéluctables de la concentration à Pourtalès des soins aigus et de celle de la gériatrie à La Chaux-de-Fonds. 


Le tableau récapitulatif ci-dessous, réalisé par Claude-André Moser, résume ces coûts d’investissement.

 

 

        moser-1.jpg

 

 

145 Mo d'investissement de plus au minimum ces prochaines années pour un site unique de soins aigus à Pourtalès : ce chiffre, L'Hebdo ne le mentionne jamais. C'est de la désinformation tendancieuse.

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Lien Commune-Canton

Repost 0
Commenter cet article

laurentp 26/02/2012 21:28

Cet article de l'Hebdo me fait furieusement penser à un article paru dans un autre journal romand ces derniers mois. L'argumentation y est quasi identique. Ce qui ne manque pas de m'interpeller
!

Les journalistes romands manqueraient-ils à ce point d'inspiration ? L'un serait-il devenu le "nègre", où dans un moindre mal l'unique inspirateur de ses collègues ?

Il est -par exemple- très étonnant que cette idée de centraliser l'ensemble des lits B dans les Montagnes soit devenu le leitmotiv de tous les néo bien pensants !

Sans vouloir prendre la défense de Madame Ory aveuglément, il serait bon de rappeler que l'HNE d'aujourd'hui résulte d'une votation populaire et d'une loi, et que la Conseillère d'Etat semble être
la seule à vouloir la respecter. Ce qui est tout à son honneur.
Aussi, avant de vouloir tirer à boulets rouges sur Madame Ory, pourquoi ne pas critiquer une loi inapplicable, si tel est le cas ?

Laurent P.