Interpellation sur Arc en Scènes et le centre neuchâtelois des arts vivants

Publié le 14 Juin 2013

Le parti socialiste, par mon intermédiaire, a déposé le 3 juin une interpellation sur la politique culturelle que la Ville entend défendre avec la nomination d'Anne Bisang à la tête d'Arc en Scènes. Elle pourrait être traitée lors du Conseil général du 27 juin.

 


 

Interpellation dm

 

 

 

A la suite de mon article du 12 mai, les réactions ont été nombreuses et marquées par l'émotion, compréhensible, d'Arc en Scènes : des amis m'ont accusé tant d'avoir commandité l'article de L'Impartial que de faire par mon populisme le jeu de la droite ! 

 

Pourtant ma position est claire : Anne Bisang et John Voisard, le nouveau directeur général nommé le 10 juin, sont au pied du mur pour redresser la situation sur le plan culturel. Mme Bisang doit en particulier associer de manière significative tous les acteurs culturels (acteurs, metteurs en scène, scénographes, techniciens, et finalement tous les publics) à sa démarche créative. C'est le sens de notre interpellation à Jean-Pierre Veya dont nous attendons des garanties.

 

Ne nous leurrons pas, la situation d'Arc en Scènes n'est pas toute rose. L’examen des rapports et comptes de AES 2009-2012 (cf statistiques ci-dessous) laisse apparaître des éléments préoccupants qu’on peut résumer ainsi :

 des résultats d’exploitation négatifs en 2010 (- 245'000 .-) et 2011 (- 190'000.-), heureusement stables en 2012.

 des recettes de saison artistique en chute de 53% en 4 ans (de 293'000.- en 2009 à 148'000.- en 2012) allant de pair avec une baisse de 36 % des spectateurs des saisons et des créations et coproductions (de 13514 en 2009 à 8621 en 2012) ;

 -une baisse de représentations de spectacles en tournée (2009 : 95 ; 2010 : 55 ; 2011 : 42 ; 2012 : 17). C'est l'élément le difficile à digérer pour les autorités subventionnantes du Centre neuchâtelois des arts vivants : vivre ici, c'est exister ailleurs !

 

 

 

Interpellation dm 2

 

diffusion-AES.jpeg 

 

 

 

 

Voici le texte du développement de mon interpellation, suivi de ma réponse à l'intervention de Jean-Pierre Veya.

 

 

Madame le Présidente, Mesdames et Messieurs,


Mardi soir avait lieu la présentation de la saison 2013-2014 d’AES : on peut dire que l’on a eu l’impression de passer d’une époque à l’autre.


D’une période de tensions, de crises, institutionnelles et humaines, incarnées par les cinq années d’une direction artistique où nous, les élus, avons été tenus à l’écart sur le plan de l’information et des comptes qu’on aurait dû nous communiquer, à une nouvelle période.


Remarquez que la question que nous posons ce soir, nous aurions pu la poser il y a bien longtemps déjà et que si on pendant plusieurs années on n’a pas reçu les rapports d’activités d’AES, c’est bien aussi parce qu’on ne les demandait pas. Bref, c’est bien maintenant qu’on les reçoive régulièrement et nous remercions la chancellerie de nous avoir fait parvenir le dernier.


Nous avons donc eu l’impression de passer d’une époque à une nouvelle époque qu’incarneront Mme Bisang et M. Voisard. En prenant la parole l’autre soir sans effet de manche et le désir de bien travailler pour tous les publics, ils nous ont rassurés.


Cette nouvelle direction est au pied du mur pour réussir et nous les élus avons le droit et le devoir de veiller au bon fonctionnement d’AES. Nous voulons qu’on nous rende des comptes sans du tout nous immiscer dans les contenus artistiques. Nous sommes de très importants bailleurs de fonds (CDF 1,3 millions, le canton 0,5 mio, la Loterie Romande 0,45 mio) et si nous soutenons les nouveaux directeurs dont la nomination est pleinement légitime, nous voulons des garanties culturelles. C’est le sens de cette interpellation qui veut voir l’avenir plutôt que de pencher sur les péripéties de la nomination de Anne Bisang.


Nous souhaitons que le Conseil communal esquisse devant nous ce qu’il attend de la nouvelle direction dans son travail avec ceux que nous avons appelé les acteurs, dans tous les sens du terme, les acteurs régionaux du spectacle. Quels sont ces acteurs ? pas seulement les acteurs qui jouent, mais aussi les metteurs en scènes, les scénographes, les techniciens du spectacle, les troupes régionales, et finalement le public, l’acteur principal. Ils doivent avoir selon nous un rôle significatif, encore plus important que ces 10 dernières années, dans le Centre neuchâtelois des arts vivants.

 

Nous ne sommes pas régionalistes en posant cette question. Car le régionalisme ce n’est pas défendre à tout crin uniquement les compétences des gens d’ici, le régionalisme étroit, c’est de croire qu’il n’y a que les gens d’ailleurs qui sont les meilleurs et que nous ne sommes que de petits provinciaux sans ambition ni qualités.

 


Réponse à l’intervention de Jean-Pierre Veya :

 

Nous sommes pleinement satisfaits de la réponse du Conseil communal. Il faut maintenant aller de l’avant ; il faut reconquérir les publics d’ici et d’ailleurs. La situation est préoccupante dans la fréquentation de nos salles mais aussi dans la diffusion des créations et co-productions d’AES. La preuve :

- des recettes de saison artistique en chute de 53% en 4 ans (de 293'000.- en 2009 à 148'000.- en 2012) allant de pair avec une baisse de 36% des spectateurs des saisons et des créations et coproductions (de 13514 en 2009 à 8621 en 2012),

- une baisse de représentations de spectacles en tournée (2009 : 95 ; 2010 : 55 ; 2011 : 42 ; 2012 : 17) alors qu’une des missions du centre neuchâtelois des arts vivants, c’est la diffusion (« Créer, chercher, puis partir en tournée, c’est rayonner le nom d’une ville, d’une région, de son institution et de ses artistes bien au-delà de ses frontières » (extrait des missions d’AES dans la diffusion, programme de la saison 2014-2014).

 

Dans les années à venir, se joue donc la crédibilité de notre centre neuchâtelois des arts vivants. Il est, comme nous l’avons dit, au pied du mur. Il doit et peut compter sur notre vigilance critique, mais largement bienveillante.

 

 

 

 

Finalement, le compte-rendu de L'Impartial du 29 juin : 

 

Interpellation-compte-rendu-impar.jpg

Rédigé par Daniel Musy

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article